samedi 6 décembre 2008

Anne | Saint Nicolas...

HHHHHHHHHHHH
JJJJJJJJJJJJJJJJ
HHHHHHHH
Pour les petits lorrains que nous étions,
la Saint Nicolas
était le jour le plus important de l'année !

HHHHHH
Si nous avions école,
dès le matin, nous chantions
la légende de Saint Nicolas


J'étais persuadée que glaner devait être
une grosse bêtise.
D'ailleurs la suite le prouve...
Ils n'osaient pas rentrer chez eux et demandaient
au boucher de les loger pour la nuit.
Et celui-ci les coupait en petits morceaux,
en les mettant au saloir pendant 7 ans !
Je trouvais la punition vraiment sévère.
Heureusement Saint Nicolas passait par là...

.
J'adorais la fin de l'histoire.

Le premier dit j'ai bien dormi.
Et le second dit moi aussi.
Et le troisième répondit,
je me croyais au paradis
.

; 
 Quand nous rentrions à la maison,
nous allions vite chez nos voisins
qui nous régalaient de petits gâteaux encore chauds.
C'était une tradition de s'offrir entre amis ces bredele,

des sapins et des étoiles qui fondaient dans la bouche,et d'autres en tortillons craquants et moelleux...
hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
L'après-midi était interminable !
Nous étions déjà en pyjama, et nous attendions.
Excités et craintifs à la fois,
parce que Saint Nicolas ne venait jamais seul.
hhhhhhhhhhhhhh
Le PÈRE FOUETTARD  l'accompagnait.

.
Très laid, vêtu de noir des pieds à la tête,

il nous faisait trembler.
 Sous son bras, la poignée de verges
destinées à corriger les polissons

nous ne la quittions pas des yeux !
Quand il posait la question fatidique
 
est-ce que ces petits enfants ont été sages ? 
Nous comptions sur nos parents pour répondre
OUI  COMME  DES  IMAGES  ! 
En espérant que nos efforts des derniers jours
effaceraient toutes les bêtises de l'année...

jjjjjjjj

ILS L'ONT DIT !
  Émerveillés, nous écoutons Saint Nicolas...


Jean Paul et Annette
pour vous récompenser de votre sagesse
voici vos cadeaux


Continuez à être de bons enfants
Écoutez vos parents
Travaillez bien à l'école
Et n'oubliez pas vos prières...

.
Le 26 juin 1954, j'ai eu 5 ans,
et quelques semaines plus tard
nous quittions Bouzonville pour toujours.
Parmi toutes les surprises qui nous attendaient
à Marseille,
la plus étonnante était celle-ci.
Le Petit Jésus nous apporterait nos cadeaux,
le 24 décembre à minuit ! 

Mais pendant des années,
le 6 décembre


nos amis pensaient à nous,
et nous envoyaient de petits présents

et toutes sortes de friandises.
Les biscuits qui nous rappelaient nos années passées,
des Saint Nicolas en sucre rouge
d'autres en pain d'épices
et des coeurs reconvert d'un glaçage
qui fondait sur la langue.

hhJe n'ai jamais cru au Père Noël.
Ni au Petit Jésus qui distribue les cadeaux...


Je savais déjà que l'on pouvait
embellir la réalité.
Moi aussi je racontais des histoires,

pour le plaisir...



hhhhhh
Daniel et Jean Marc Noël
Jojo Hoff et sa petite soeur

Où que vous soyez,

il saura vous retrouver,

et vous transmettre le sourire qui éclaire

ce moment merveilleux où les souvenirs reprennent vie...

2 commentaires:

Le Club des Cinq a dit…

Ma sour Malou a quitté Ste Anne pour, jeune mariée, "émigrer" aves son mari; c'est là bas sous le regard bienveillant de St Nicolas qu'elle a mis au monde 4 petits lorrains qui chaque année depuis perpétuent émerveillés cette traditions...Anny

Belliflora a dit…

Merci Anne d'avoir déposé cet émouvant message chez moi. Vive saint-Nicolas ! (en revanche, je me passerais bien des kilos pris dus aux sucreries...)
Votre blog est très intéressant et vivant, merci